imageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimageimage

Les Amis de la Gendarmerie du Var

Comité départemental du Var - 83

"Présence et Prestige de la Gendarmerie"

Gend Info

N° 395 - Avril 2017

Gendinfo 395

Revue des Amis

N° 318 - Mai 2017

vignette 318

 

22-1-photo 2EGM-1L’escadron de gendarmerie mobile 22/6 de Hyères forge son existence dans l'histoire de la caserne Capitaine Delort de Hyères, mais aussi au fil de la destinée de chaque militaire qui a eu l’honneur d’y servir. Bénéficiant d’une remarquable attractivité par sa situation géographique, il est une destination privilégiée pour les jeunes recrues en sortie de scolarité. Actuellement, il compte dans ses rangs une centaine d’hommes, sous le commandement du capitaine Sabrina PERRAULT.

Il est organisé en cinq pelotons distincts : un peloton hors rang, garant du bon fonctionnement de l’unité, trois pelotons de marche et un peloton d’intervention. Les gendarmes qui composent ce dernier sont sélectionnés parmi les militaires de l’escadron dotés de qualités physiques et professionnelles reconnues. Ils sont entraînés spécifiquement et dotés de moyens complémentaires pour la réalisation de missions spécifiques tant au maintien de l’ordre qu’en appui de la gendarmerie départementale.

22-1-photo 122-1-photo 3L’escadron participe à de nombreuses et diverses missions en France métropolitaine ainsi que dans les départements et collectivités territoriales de l’outre-mer. Ainsi, ces dernières années, l’unité a servi successivement à Saint-Martin, en Guyane, en Corse, en Nouvelle-Calédonie puis à la Réunion avant de retourner en Nouvelle-Calédonie. En métropole, les missions de renforts aux unités territoriales dans le cadre des zones de sécurité prioritaire (ZSP) ou des détachements de surveillance et d’intervention (DSI) sont les plus fréquentes. L’escadron se retrouve alors scindé pour soutenir l'action des brigades. En outre, des missions en unités constituées rythment la vie de l’escadron, à Paris notamment, pour le maintien de l’ordre, les renforts en ambassades, le palais de justice ou la sécurisation des réseaux ferrés franciliens. En fonction de l’actualité, d’autres missions peuvent être réalisées. Dans ce cadre, le 22/6 a servi sur le site sensible de la ZAD de Sivens au début de l’année 2015.

 


 

Déplacement en Guyane 10 mai au 3 août 2017

CaptureDu 10 mai au 3 août 2017, l'escadron 22/6 de gendarmerie mobile de Hyères est désigné pour effectuer une mission outre-mer en Guyane. L'unité se voit confier deux missions importantes : la lutte contre l'orpaillage illégal sur la circonscription de Maripasoula dans le cadre du dispositif Harpie et une mission de lutte contre les violences acquisitives sur la zone de sécurité prioritaire (ZSP) de Saint-Laurent-du-Maroni, récemment créée. Dès l'arrivée sur le territoire Guyanais, chacun des détachements rejoint son lieu d'emploi.

MaripasoulaUniquement accessible par pirogue ou avion, Maripasoula est le dernier bourg sur le Maroni où sont présentes les forces de gendarmerie (GM – GD). Elle accueille les forces armées en Guyane (FAG), notre partenaire indispensable pour les missions en forêt. Maripasoula représente un lieu stratégique, en plein centre des zones aurifères, et une base arrière pour les forces spécialement dédiées à la mission Harpie. La mission s’organise en différents volets.

Maripasoula 02Maripasoula 03Ce sont tout d'abord les missions forêt durant lesquelles les gendarmes et les FAG sont projetés sur les sites d'orpaillage illégal, afin de saisir et de détruire le matériel d’extraction de l’or. C'est ensuite la tenue d’un poste de contrôle fluvial "Papa Constant", pour empêcher le ravitaillement logistique des orpailleurs. Enfin, la présence de forces de l’ordre sur un poste opérationnel avancé en plein cœur de la mine légale de Dorlin, permet de de mener des missions plus en profondeur. Cet engagement, de par son exigence et sa rusticité, permet à chacun de faire le point sur soi même en évoluant dans des contrées inconnues et hostiles, bien loin des milieux aseptisés de la métropole. Force est de constater qu'une fois de plus, le gendarme mobile s'adapte. Cette riche expérience laissera des souvenirs inoubliables de ce milieu particulier qu'est la forêt tropicale. 

Saint-Laurent 1C'est à Saint-Laurent du Maroni, ville frontière avec le Suriname, que les deux autres pelotons de l'escadron ont eu la mission de sécuriser la toute nouvelle zone de sécurité prioritaire. Cette ville à la démographie galopante (60.000 habitants), a été créée au milieu du 19e siècle, lors de la mise en place du bagne. Là, des milliers de délinquants métropolitains ont été transportés et ont purgé une peine, bien souvent jusqu'à leur mort. Les extérieurs de la ville sont plus chaotiques et une multitudes de "bidonvilles champignons" ont vu rapidement le jour. Les différentes ethnies de la population sont arrivées au fil des siècles, du fait de l'esclavage (créoles), pour des raisons économiques (chinois), en raison d'exodes dus aux guerres (Suriname) ou suite à de catastrophes naturelles (haïtiens).

Saint-Laurent 2Saint-Laurent 3Durant presque trois mois, le détachement de l'EGM 22/6 de Hyères, a donc assuré une mission de sécurité générale. Son action s’est focalisé sur la lutte contre les importantes atteintes aux biens et le nombre, hors norme, de vols à main armée. En outre, s'agissant d'une ville frontière, les étrangers en situation irrégulière sont légion. Des services spécifiques et des opérations anti-délinquance ont donc été mis en place, afin de lutter contre ces faits. A l'issue de cette mission, une centaine de délinquants ont été interpellés par les gendarmes mobiles de Hyères et remis aux officiers de police judiciaire territorialement compétents. La délinquance d'appropriation a diminué et la population a retrouvé un sentiment de sécurité du fait de la présence de l'escadron.

 


 

Acte de courage et de dévouement 22 mars 2017

 L’Escadron de gendarmerie mobile 22/6 de HYÈRES était déplacé à Menton en mission de lutte contre l’immigration clandestine du 10 mars au 4 avril 2017. Un dispositif de contrôle à sept militaires était mis en place sur l’autoroute A8 au péage de la Turbie. Le 22 mars 2017, trois militaires de ce poste se sont particulièrement fait remarquer en sauvant une femme d’une mort certaine, prenant d’importants risques pour leur vie

Photo 1Photo 2Aux alentours de 19h, un homme ensanglanté se présente aux gendarmes leur annonçant qu’une femme est suspendue dans le vide au viaduc Pala dans le but de se suicider. Immédiatement, trois militaires prennent un véhicule et se rendent sous le viaduc. Ils s’approchent discrètement afin de ne pas apeurer la victime et constatent effectivement qu’elle est accrochée au viaduc et n’est retenue qu’à la force de ses bras. Deux d’entre eux grimpent la pente, traversent les trois voies de l’autoroute et arrivent sur le terre plein-central. Le chef de patrouille, à l’aide de camions semi-remorques, parvient à arrêter la circulation sur l’autoroute afin d’intervenir en toute sécurité. Le troisième militaire en contact visuel avec la personne suspendue rend compte de la situation.

Arrivant près de la personne, un militaire parvient à passer ses mains à travers le grillage et au moment où la personne lâche prise, il l’attrape in extremis par les poignets. Le grillage séparant les deux personnes empêche la remontée de la femme par le militaire. Il la maintient suspendue à la force de ses bras et un second militaire enjambe le système de protection et longe le viaduc sur l’étroit parapet face à plus de 80 mètres de vide. Il atteint leur position et à deux ils réussissent alors à hisser la victime et la font passer sous le grillage. Elle est ensuite conduite par les militaires en lieu sûr à l’extrémité du viaduc, prise en charge et évacuée par les pompiers. L’intervention rapide des gendarmes mobiles, dans des conditions très difficiles, au risque de leur vie, a permis de sauver cette personne. Le lundi 3 avril 2017, au nom du préfet des Alpes-Maritimes, le commandant de groupement de gendarmerie départementale des Alpes-Maritimes et le commandant du groupement tactique de gendarmerie décernent la médaille de bronze pour cet acte de courage et dévouement aux trois militaires de l’EGM 22/6 de Hyères.  


 

Déplacement en Corse 27 juillet au 21 septembre 2016

Au cours de l’été 2016, l’escadron 22/6 de gendarmerie mobile de Hyères a été déplacé durant deux mois en Corse-du-Sud. Destinée prioritairement à faire cesser tout trouble à l’ordre public sur l’île de beauté.

photo 2 L’unité a également pu renforcer les trois compagnies de gendarmerie départementale de Corse-du-Sud. Ainsi, les 80 militaires ont été répartis sous forme de détachements de surveillance et d’intervention au profit des compagnies de gendarmerie départementale d’Ajaccio, de Sartène et de Porto-Vecchio.

Les gendarmes mobiles ont pu réaliser un panel assez large de missions et ont participé à de nombreuses opérations anti-délinquance aux côtés des gendarmes départementaux. La saison estivale avec un afflux touristique très important sur le département de la Corse-du-Sud a été propice au déploiement de patrouilles diurnes et nocturnes. Cela a conduit à une soixantaine d’interpellations et la mise en œuvre de plusieurs centaines de procédures.

photo 1Conséquence des événements tragiques survenus au cours de ces derniers mois, les gendarmes mobiles ont été déployés massivement pour sécuriser les différents événements festifs programmés par les communes et les rassemblements de personnes. Cette présence sécurisante a été très bien accueillie par l’ensemble de la population. Ainsi, l’escadron a engagé deux pelotons aux côtés de la Police nationale et des CRS lors du feu d’artifice du 15 août 2016 à Ajaccio, événement très important en Corse. Enfin, un peloton de l’unité a renforcé régulièrement le dispositif mis en place suite aux événements survenus sur la commune de Sisco en Haute-Corse.

L’escadron 22/6 de gendarmerie mobile de Hyères a rejoint son lieu de résidence au Golf Hôtel de Hyères le 21 septembre 2016 pour une période de repos avant de repartir sur de nouvelles missions.


 

Accueil des enfants de l'école Guynemer 29 avril 2016

Capture 1Capture 2Faisant suite à l’émotion suscitée par la réception des cartes de vœux envoyées par les élèves de l’école Guynemer pour les fêtes de fin d’année, alors que les personnels de l’escadron étaient déplacés en Nouvelle-Calédonie, loin de leur famille, le commandant d’unité et l’ensemble des militaires de l’escadron 22/6 avaient à cœur de partager un moment avec les enfants, pour leur témoigner de leur reconnaissance.

La matinée du 29 avril 2016 fut ainsi dédiée à la réception des jeunes rédacteurs accompagnés de leurs enseignants. À leur arrivée, les écoliers bénéficièrent d’un accueil personnalisé, avec un défilé de l’unité au rythme du chant de l’escadron.

Capture 4Capture 5Au cours d’un petit-déjeuner qui suivit, les rencontres entre expéditeurs et destinataires purent s’effectuer. Ce fut l’occasion pour les militaires et les collégiens de se rencontrer individuellement en mettant des visages sur des noms, d’échanger, et de se prêter à des séances photos afin d’immortaliser ces moments privilégiés.

Après ce moment convivial, une démonstration de maintien de l’ordre permit à chacun de découvrir le cœur de métier du gendarme mobile : un franc succès pour la vague de refoulement destinée à repousser les manifestants.

La matinée s’acheva par une présentation des locaux, du matériel, et des véhicules. A cette occasion, de nombreuses questions sur le métier furent posées, notamment sur les risques et les missions.

Capture 7Capture 8Les enfants purent notamment se glisser dans la peau d’un gendarme mobile lors d’essayages de tenues, manifestement pas à la taille des mannequins du jour. Au regard des mines réjouies des jeunes visiteurs, des vocations ont certainement vu le jour et certains deviendront peut être gendarmes dans les années à venir.

 


 

 Déplacement en Nouvelle-Calédonie 27 octobre 2015 au 31 janvier 2016

L'escadron 22/6 de gendarmerie mobile de Hyères a été déplacé en Nouvelle-Calédonie du 27 octobre 2015 au 31 janvier 2016.

EGM-2EGM-3Après quelques jours de préparation opérationnelle, 79 gendarmes de l'escadron se sont envolés vers Nouméa le 27 octobre 2015. L'escadron a eu pour mission, lorsqu'il n'était pas engagé en opération de maintien de l'ordre, d'appuyer la gendarmerie territoriale dans le cadre de la sécurité générale et de soutenir le commandement de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie. L'unité a donc été scindée en plusieurs détachements quelques jours après l'arrivée sur le territoire. Des détachements de surveillance et d'intervention (DSI) ont assuré une mission de sécurité générale au profit de la compagnie de gendarmerie de Nouméa. Quelques militaires de l'escadron ont profité de ce séjour pour approfondir leurs connaissances dans le domaine judiciaire, certains étant directement détachés à la brigade territoriale de Païta, d'autres détachés à la brigade territoriale de Tadine sur l'île de Maré.

EGM-5EGM-4Plusieurs missions de sécurisation ont permis à l'escadron de travailler en unité constituée. Ainsi, l'unité a été engagée pour sécuriser la destruction des tours de Saint-Quentin, quartier de la banlieue de Nouméa. Ancien cantonnement des gendarmes mobiles déplacés en Nouvelle-Calédonie, les souvenirs ont refait surface et une page s'est tournée. Événement d'ampleur lors du déplacement : une rencontre de football où étaient conviés de nombreux anciens joueurs internationaux comme KAREMBEU qui est Calédonien, SEEDORF, TRÉZÉGUET, MAKÉLÉLÉ, COUPÉ … a été organisée face à une équipe locale. Cette rencontre sportive a réuni 8 000 spectateurs dans une ambiance festive. L'unité, travaillant en collaboration avec la police nationale, a sécurisé les abords du stade jusqu'au départ des spectateurs.

Les fêtes de fin d'année ont été un moment particulier pour ces militaires déplacés loin de leur famille. Le comité du Var des Amis de la Gendarmerie a organisé en partenariat avec l'école Guynemer de Hyères, avec l'aide de monsieur Francis ROUX, conseiller départemental et premier adjoint de la ville de Hyères, une remise de cartes de Noël réalisées par les enfants de l'école. Cette attention, particulièrement appréciée par les gendarmes, a permis de renforcer le lien unissant l'escadron 22/6 de gendarmerie mobile à sa commune de résidence. Une rencontre avec les enfants permettra de présenter le métier de gendarme mobile le 29 avril 2016.

Le 31 décembre 2015, l'escadron a été chargé de sécuriser la quartier de l'Anse Vata à Nouméa. A l'occasion de la Saint-Sylvestre, des centaines de personnes se rassemblent sur ce front de mer très prisé afin de célébrer le passage à la nouvelle année. Ambiance festive et véhicules sono ont permis à tous de poursuivre la fête jusqu'au lever du jour. Les gendarmes ont ensuite évacuer les lieux et l'opération s'est parfaitement déroulée. Dans sa mission de sécurité générale, l'escadron a procédé à plus 800 contrôles de personne, une cinquantaine d'interpellations et a effectué plus de 700 interventions. Malgré un emploi du temps opérationnel bien chargé, les militaires ont pu tout de même profiter de la vie sur le Caillou.L'escadron est rentré en métropole le 31 janvier 2016 après trois mois très intenses.

EGM-9EGM-6EGM-10EGM-7

Vidéo gendarmerie n° 1

N° 1 - La gendarmerie départementale

Video gie 1